Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival

 



 

 

Ludwig / lettre à Richard Wagner

 

Ludwig en 1865

 


Unique seigneur de ma vie, une prière.


Me l'accorder ferait de moi le plus heureux des hommes, me la refuser me précipiterait dans un abîme de misère. Je supplie l'ami de venir ici, non loin de Berg où je suis à présent, et où je ressens les tortures infernales de l'abandon. Il serait aisé de trouver pour l'aimé une demeure convenable, entre ici et Seeshaupt. Le calme et la paix règnent sur cette rive du lac, le funeste chemin de fer ne traversant pas ces paisibles régions. Ah ! pouvoir célébrer ici, en union avec lui, le jour de naissance de l'ami. Le revoir bientôt,vivre avec lui des jours de bonheur. 0 toi être sacré, ô toi, somme de mon bonheur. L'amie pourrait, elle aussi, venir dans le voisinage. Quel été ce serait ! En hiver l'aimé habitera à nouveau sa maison. Je me porte garant de sa sécurité et de son repos. Les hommes et le monde croyaient avoir, dans leur malfaisance, gagné la partie ; ils méconnaissaient la puissance du divin, du fidèle et pur amour. Ils croyaient pouvoir nous désunir.Ah, il me fallut blesser le cygne et mon âme en a ressenti une douleur amère. Mais je n'ai pas été infidèle à ma mission.Je sais à qui j'appartiens. Je suis atteint quand je suis sans vous, bien-aimé, d'une misère sans nom et j'en deviens malade, malade intérieurement. Je ne pourrai pas tenir plus longtemps. Oh, laisse-nous demeurer ensemble tant que nous seront encore sur cette terre. La sensation que le jour de votre mort sera celui de la mienne s'empare toujours plus clairement de moi. Vous êtes mon univers et mon Dieu. Ah, pourquoi si peu d'hommes vous reconnaissent-ils, vous comprennent-ils ? Ayez pitié de moi, télégraphiez-moi, dès que vous aurez reçu cette lettre, que vous veniez et vite, et que vous venez pour ne plus jamais me quitter. Oh, exaucez cette prière suppliante, sans quoi, croyez-moi, votre ami sombrera désespéré dans le néant. La multitude des affaires m'empêche de voyager en ce moment, je voudrais abdiquer, et cela aussi me serait aisé si je savais que l'ami le veut.Je renonce avec joie aux biens de la terre pour vous suivre. J'ai vécu, avec vous qui procédez de Dieu en ce lieu des heures d'un bonheur surhumain. Cette région était consacrée par sa présence, et maintenant, ô martyre, ô désespoir. La tombe est vaste et proche.Bienvenue à la mort, si je puis vivre avec et pour lui. Il n'appartiendrait qu'à des âmes basses et lâches de pouvoir se reprendre et de pouvoir oublier dans le néant des plaisirs de ce monde, le Paradis perdu. L'aimé comprendra le cri douloureux jailli de l'âme saignante de l'ami. Viendra-t-il ? Chaque pensée, chaque nerf, chaque fibre de mon être lui appartiennent. Qui pourrait vous aimer, si tendrement, si fidèlement, si ardemment ? Ne laissez pas sans réponse ma prière suppliante. Sinon la force encore invincible de ma brûlante ferveur serait ébranlée en ses fondements et la « Démence» s'abattrait sur moi. Salut à toi, élu de Dieu. Somme de toute beauté, de toute bonté, de toute perfection.

Fidèle jusqu'à la mort, votre Louis.

Berg, 15 mai 1866.

(Richard Wagner et Louis II de Bavière, Lettre 1864-1883, Ed. Plon 1960)



Richard Wagner

 


Les films de Luchino Visconti présentés à Lumière 2010 : fiches films et séances avec invités :

• Les Amants diaboliques (Ossessione, 1943, 2h20)
• La Terre tremble (La terra trema, 1948, 2h40)
• Bellissima (Bellissima, 1951, 1h54)
• Senso (Senso, 1954, 1h55)
• Les Nuits blanches (Le notti bianche, 1957, 1h47)
• Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli, 1960, 2h45)
• Le Guépard (Il gattopardo, 1963, 3h05)
• Sandra (Vaghe stelle dell’Orsa…, 1965, 1h45)
• L’Etranger (Lo straniero, 1967, 1h45)
• Les Damnés (La caduta degli dei, 1969, 2h35)
• Mort à Venise (Morte a Venezia, 1971, 2h10)
• Ludwig ou le crépuscule des dieux (Ludwig, 1973, 3h58)
• L’Innocent de Luchino Visconti (L’innocente, 1976, 2h03)
Documentaire :
• Luchino Visconti, le chemin de la recherche de Giorgio Treves (2010, 53min)

 

Retour :

Retour