Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival

 




Jim Harrison à Lumière 2010

 



Carte blanche à Jim Harrison, célèbre écrivain américain, venu spécialement des Etats-Unis à l’occasion du festival Lumière 2010 pour présenter La Soif du mal d’Orson Welles le 5.10.2010.
Morceaux choisis :

 


"La soif du mal tourné il y a plus de cinquante ans est l’un des films les plus noirs de l’histoire du cinéma (avec La Nuit du chasseur de Charles Laughton).
J’ai voyagé un peu partout au Mexique,  c’est un pays magnifique sauf la partie frontalière. Ma grand mère avait toujours l’habitude de dire, «c’est noir tout d’abord puis ensuite un peu moins ».  Là dans le film, en ce qui concerne la frontière, c’est constamment de plus en plus noir. Et parfois la nuit est longue de trois cents jours !

 

Un de mes copains qui habite à Juárez prend tout les jours la voiture pour traverser un pont au dessus de cette frontière. Sur ce dernier pendent des cadavres… Le problème des Etats-Unis avec la frontière mexicaine, ce n’est pas Charlton Heston qui peut le régler. Les Américains ont tendance à minorer les problèmes. On pourrait dire que le problème, c’est l’émigration, mais non, au Kansas qui est bien plus loin, 99% des ouvriers sont mexicains. La tendance a été de dire qu’ils étaient responsables de la crise ce qui donnait une raison supplémentaire pour les expulser encore davantage…"

 

 


A propos d’Orson Welles :

"J’ai bien connu Orson Welles, il mangeait trop. On se voyait pour manger à 16h30 et il fallait encore se remettre à table à 19h30. Orson était un metteur en scène magnifique mais quand il arrivait, avec son chauffeur on était littéralement obligé de l’extirper de sa limousine !"

Retour