Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival



Bellissima

de Luchino Visconti

Italie, 1951


A Cinecittà, dans l’Italie d’après-guerre, le réalisateur Blasetti lance un casting pour trouver l’enfant qu’il fera tourner dans son prochain film. Maddalena y voit l’occasion pour sa fille Maria de vivre une vie meilleure. Elle sacrifie son mariage et ses économies pour lui offrir les leçons qui feront d’elle une star. Arrive enfin le grand jour des essais…

À travers une mise en abîme, Visconti propose une réflexion critique sur le monde du cinéma. Mais c’est surtout un portrait de femme qu’il veut peindre, comme il le déclare aux Cahiers du Cinéma : « Le vrai sujet c’était Magnani. Je voulais faire avec elle le portrait d’une femme moderne, et je crois l’avoir assez bien réussi parce que Magnani m’a prêté son énorme talent, sa personnalité. » L’actrice est en effet bouleversante dans ce personnage de mère, qu’on retrouvera en 1962 dans Mamma Roma de Pier Paolo Pasolini. Elle ne rejouera qu’une seule fois pour Visconti, dans son sketch de Nous, les femmes (1954).


Les metteurs en scènes, des charlatans?
Luchino Visconti : « Nous sommes tous des charlatans, nous les metteurs en scène. C’est nous qui mettons des illusions dans la tête des mères ou des petites filles. »





Bellissima
(Bellissima)

Italie, 1951, 1h54, noir et blanc, format 1:37
Réalisation : Luchino Visconti
Scénario : Luchino Visconti, Cesare Zavattini, Suso Cecchi D'Amico, Francesco Rosi 
Photo : Piero Portalupi, Paul Ronald 
Musique : Franco Mannino sur des thèmes de L’Elixir d’amour de Gaetano Donizetti
Montage : Mario Serandrei
Interprètes : Anna Magnani (Maddalena Cecconi), Walter Chiari (Alberto Annovazzi), Tina Apicella (Maria Cecconi), Gastone Renzelli (Spartaco Cecconi), Alessandro Blasetti (dans son propre rôle)