Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival



L’Innocent

de Luchino Visconti

Italie • France, 1976


Rome, 1892. Tullio Hermil, grand bourgeois, trompe sa femme Giuliana. Elle est même devenue la confidente de ses aventures avec la sulfureuse comtesse Teresa Raffo. Délaissée, Giuliana s’éprend de Filippo D’Arborio, écrivain à succès. Quand Tullio revient vers sa femme, elle attend un enfant…

Dernier film de Visconti, ce mélodrame brille par la merveilleuse reconstitution de l’époque et d’un luxe suranné (beauté des éclairages, décors et costumes). Mais c’est aussi un film sur l’Homme, ses responsabilités et sa morale, notamment dans le contexte historique de la fin du XIXe siècle. Un dernier film sublime, dans lequel on sent la fin proche du cinéaste qui aborde une dernière fois ces sujets de prédilection que sont la famille en décomposition, la mort inévitable, la brutalité des passions dévorantes.

 

La main de Visconti

Le film s’ouvre avec les pages d’un livre qu’on tourne, celui de Gabriele D’Annunzio dont il est adapté. La main qui apparaît à l’écran est celle de Visconti, son mouvement est lent, appliqué, celui d’un homme malade qui signe son dernier film.

 




L’Innocent
(L’innocente)

Italie • France, 1976, 2h03, couleur, format 2:35 
Réalisation : Luchino Visconti
Scénario : Luchino Visconti, Suso Cecchi D’Amico, Enrico Medioli d’après L’Innocent de Gabriele D’Annunzio
Photo : Pasqualino De Santis
Musique : Franco Mannino, Christoph von Gluck Que ferai-je sans Eurydice, Wolfgang Amadeus Mozart La Marche turque, Franz Liszt Jeux d'eaux à la villa D'Este, Frédéric Chopin Berceuse et Valse
Montage : Ruggero Mastroianni
Interprètes : Giancarlo Giannini (Tullio Hermil), Laura Antonelli (Giuliana Hermil), Jennifer O’Neill (Teresa Raffo), Rina Morelli (la mère de Tullio), Massimo Girotti (Stefano Egano), Marie Dubois (la princesse), Marc Porel (Filippo D’Arborio)