Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival



French Cancan

de Jean Renoir

France, 1954


Montmartre, début du XXe siècle. Danglard, l’un des producteurs de spectacles les plus connus du quartier, est propriétaire du Paravent Chinois où danse l’admirable Lola de Castro, surnommée La Belle Abbesse. Il n’est pourtant pas tout à fait satisfait, et voudrait innover. Sa rencontre avec Nini, en qui il voit beaucoup de talents, va lui donner l’idée de relancer le cancan, cette vieille danse passée de mode qu’il rebaptise à l’anglaise « French cancan ». Ce sera l’aventure du Moulin Rouge…

 


Pathé Bellecour (1ère salle)
20h30 Hommage à Gaumont French Cancan de Jean Renoir précédé de Gaumont passionnément en présence de Nicolas Seydoux, Président du Conseil de Surveillance et Sidonie Dumas, Présidente du Directoire



Pour French Cancan, Jean Renoir bénéficie d’un gros budget, de collaborateurs de talent et d’une distribution éclatante. Il impose Jean Gabin dans un grand rôle en costumes. Le scénario du film est librement inspiré de la vie de Charles Zidler, cofondateur du Moulin Rouge. Jean Renoir fait de cette histoire une véritable comédie musicale dans un Montmartre pittoresque entièrement recréé en studio. La bande originale est faite de mélodies populaires qui furent d’authentiques succès du Moulin Rouge. Une visite entraînante du Montmartre de la Belle Epoque !

 

 

 

 

 

 

Music Hall

 French Cancan foisonne de prestations de véritables artistes de music-hall. On verra ainsi Cora Vaucaire (avec la chanson « La Complainte de la butte »), Edith Piaf (qui joue le rôle d’Eugénie Buffet, la « Cigale nationale »), Patachou, Jean-Roger Caussimon ou encore Philippe Clay.

 



 

 

La restauration du film
Film restauré par Gaumont en Technicolor avec 3 négatifs (un rouge, un vert et un bleu) propres à garantir une colorimétrie performante et correspondant à la version originale. Les équipes d'Eclair et de la direction technique de Gaumont ont dû travailler chaque négatif indépendamment avant l'opération la plus délicate : recombiner les trois couches de couleur en les superposant avec une précision absolue sinon le spectateur aurait eu la même désagréable sensation que lorsqu'il regarde des images en relief sans lunettes spéciales ! Un gros travail a également été mené sur le son d'origine avec les collaborateurs du Studio Diapason. Hors de question pour Gaumont de transformer artificiellement le son mono en un 5.1, mais une attention particulière sur le souffle a été portée.


Séances



Mardi 05 octobre à 20h30, Pathé Bellecour
En présence de Nicolas Seydoux
Dimanche 10 octobre à 11h00, Institut Lumière
Vendredi 27 juin à 17h00, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8
Samedi 28 juin à 16h45, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8
Mardi 01 juillet à 19h00, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8
Vendredi 04 juillet à 14h30, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8



French Cancan
France, 1954, 1h37, couleur Technicolor, format 1:37

Réalisation : Jean Renoir
Scénario : Jean Renoir d’après une idée d’André-Paul Antoine
Photo : Michel Kelber
Musique : Georges Van Parys
Montage : Boris Lewin

Interprètes : Jean Gabin (Henri Danglard), Françoise Arnoul (Nini), Maria Félix (La Belle Abbesse), Philippe Clay (Casimir), Jean-Roger Caussimon (Baron Walter), Giani Esposito (Prince Alexandre), Jacques Jouanneau (Bison), Franco Pastorino (Paulo), Michel Piccoli (Valorgueil), Edith Piaf (Eugénie Buffet), Patachou (Yvette Guilbert), Cora Vaucaire (Esther Georges), Philippe Clay (Casimir le Serpentin)

 

 

 

 Précédé de (pour la soirée spéciale du mardi 5 octobre à 20h30 au Pathé Bellecour) :  


Gaumont Passionnément



de Pierre Philippe
France, 2010

"Faire tenir en moins d’une heure l’évocation de centaines de films proposés au public par une firme dont la production commença presque avec l’invention du cinématographe ; suggérer, sans qu’un mot ne soit prononcé, son cheminement particulier, ses ambitions, ses réussites et ses échecs ; tenter une cavalcade au travers d’œuvres dont, parfois, rien ne justifiait le voisinage, c’est le pari de ce film. Choix provocant car la firme à la marguerite n’a jamais manqué d’affirmer son éclectisme. C’était souligner les constantes d’une production qui a toujours suivi une voie exigeante entre le cinéma populaire et les plus hautes formes de l’art des images animées ; marier Hunebelle à Godard, Audiard à Losey et Oury à Vigo, sans oublier le trésor ancien légué par Feuillade, Perret ou Cohl. C’était plonger le spectateur d’aujourd’hui dans un bain de cinéma, toutes esthétiques confondues, dans un joyeux désordre peut-être plus révélateur qu’un discours ex cathedra" (Pierre Philippe).

 

Gaumont passionnément
France, 2010, 48min, noir et blanc et couleur
Réalisation : Pierre Philippe
Montage : Julien Boury

En présence de Nicolas Seydoux, Président du Conseil de Surveillance et Sidonie Dumas, Présidente du Directoire.