Grille et liste des films

Vidéos

Institut Lumière


Programme 2010

ouverture

Prix Lumière 2010
Visconti
Ciné US 70's
Raymond Bernard
Dario Argento
Hommages
Dejà classiques!
De retour sur les écrans
Best of

Clôture du festival

 

Atom Egoyan

 

 


Né en Egypte de parents arméniens, Atom Egoyan a immigré au Canada à l'âge de 3 ans. Il réalise ses premiers courts métrages Howard in particular ou Open House alors qu'il est encore étudiant en Relations internationales à l'Université de Toronto. Grâce à la vente des droits de Open House à la chaîne de télé CBC, il parvient à réaliser son premier long métrage, Proches Parents, dans lequel il fait référence à ses racines arméniennes. La CBC l'engage alors pour diriger plusieurs téléfilms et séries. Il se fait réellement connaître en dehors du Canada avec Family Viewing en 1987 puis avec l'hypnotique Speaking Parts, présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 1989, et le troublant The Adjuster. En tournant Calendar en Arménie, il réalise un rêve. Au milieu des années quatre-vingt-dix, il connaît ses plus gros succès critiques avec Exotica qui remporte huit Génie Awards et le prix de la critique internationale à Cannes, et surtout De beaux lendemains qui lui vaut deux nominations aux Oscars et le Grand prix du jury à Cannes. En 2002, après Le Voyage de Felicia, il revient avec un film très personnel sur le génocide arménien : Ararat. Avec Adoration, en 2009, Atom Egoyan renoue avec l'approche naturaliste de ces premiers films, en se penchant sur la nature des relations d'un adolescent face au moyen de communication que représente Internet. Publié en 2007, son livre Dear Sandra rend hommage à Sandra de Luchino Visconti (Vaghe stelle dell’Orsa, 1965). Atom Egoyan y compile de photos inédites du tournage, d’autres prises sur les mêmes lieux quarante ans plus tard, des œuvres graphiques et une lettre manuscrite de l’auteur à Claudia Cardinale, personnage principal du film.

 

Vendredi 8 octobre 
Institut Lumière 
19h Sandra de Luchino Visconti présenté par  Claudia Cardinale et Atom Egoyan



Retour